rocbo menu


Rue du moulin de beurre, quartier Plaisance, Paris 14e






Squatté(?) par des réfugiés espagnols anti-franquistes, dont mon père, l'hotel désaffecté de la rue du moulin de beurre fut, jusq'à l'âge de treize ans, le domaine du jeune espingouin que j'étais. Luxe suprême : eau courante et wc dans la cour !
Dans les années 1960, la reconstruction de la gare de Montparnasse est incluse dans un projet immobilier auquel appartient la tour Montparnasse. Cela sonnera le glas de la rue du moulin de beurre (entre autres).

Les moulins de la rue du Moulin-de-Beurre et de la rue du Moulin-de-la-Vierge, tournaient auparavant sur la butte desTrois-Moulins, voisine de la Porte Saint Martin d'où ils avaient été transférés ici en 1672, lors de l’arasement de cette butte. ( Lire l'article Le 14e arrondissement et ses moulins…avant !)

Aujourd'hui disparue, la rue du Moulin de Beurre, en 1860, était perpendiculaire à la rue de Constantine (rue Vercingétorix). Elle commençait rue de la Gaité (dont une partie est devenue rue Vandamme), et se terminait rue Saint Médard. Commençant rue du Moulin-de-Beurre, la rue Bourgeois se terminait rue Jean-Zay. Quant à la rue Vercingétorix, elle failli totalement disparaître au profit d’une radiale qui devait relier le périphérique à Montparnasse.

De nombreux artistes (peintres, sculpteurs...) ont vécus dans cette rue où se trouvaient de nombreux ateliers d'artistes.
(voir la liste, non exhaustive, des artistes ayant vécus rue du moulin de beurre).


Guinguette et cabaret, que du beau monde !

Guinguette du Moulin de Beurre
Guinguette du Moulin de Beurre, moulin à vent et guinguette à la mode sous Louis XV (de 1731 à 1881).
Victor et Abel Hugo vont manger des galettes au Moulin de Beurre accompagnés de leurs amis, Louis Boulanger, Eugène et Achille Devéria.   1829 - Restauration


Cabaret de la mère Saguet (mme Grégoire)
Cabaret célèbre, fréquenté par de nombreux peintres.
Société des Joyeux - Pierre-Jean de Béranger est président de l'association de chansonniers appelée Société des Joyeux (1821–1830). "Rendez-vous des romantiques" sous la Restauration (1825–1828). S'y cotoyaient Nicolas Charlet, Abel Hugo (frère de Victor), Victor Hugo, Eugène et Achille Devéria, Henri Murger, Charles Baudelaire, Eugène Scribe. (voir aussi Goguette des Frileux).
Jusqu’en 1850, le cabaret devient le rendez-vous des libéraux pendant la Restauration, dont Béranger, Victor Hugo, Alexandre Dumas père, Alphonse de Lamartine, Paul Gavarni, Carle Vernet et Adolphe Thiers font parti.
(Bientôt, un article sur ce sujet).
Ci-dessus : l'hotel désaffecté,
de deux étages et combles aménagés,,
où j'ai passé une bonne partie de ma jeunesse.
Ci-contre : Destruction de la dernière ferme
de la rue du moulin de beurre (mi-XIXe s.)


retour vers le site rocbo.net/Paris14e